ZOO

PETIT ÉLOGE DE L’IMPERFECTION
Seul en scène accompagné d’un robot.

De et avec : Jean Le Peltier
Création lumière : Stine Hertel
Création sonore : Christophe Rault

SOUTIENTS :

ATELIER 210 – Bruxelles
TU de Nantes
LE QUAI – Angers
LE CENQUATRE – Paris
Au bout du plongeoir – Rennes
Honolulu – Nantes
CWB – Paris

Recherche réalisée avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Théâtre

 

 

L’histoire de ZOO s’articule autour d’un lieu. Un joli lac dans les montagnes au dessus de Grenoble.

Elle est racontée par une jeune femme dont on ne saura pas grand chose, une jeune femme qui travaille, en plus de ses études, comme Turkeuse. C’est le terme employé pour parler des gens qui alimente les intelligences artificielles. Elles sont chargées de vérifier leurs données pour les rendre plus performantes. Ses tâches consistent par exemple à entourer des images en fonction d’une légende ou à écouter des micro-extraits de conversations enregistrées par les assistants vocaux pour s’assurer de la bonne compréhension du robot.

Ce ne sont que de micro-conversations pour garantir l’anonymat des propriétaires. Seulement, cette jeune femme a vu passer et a reconnu une personne : Jean-jean. C’est quelque chose qui n’aurait pas du arriver. Elle l’a cherché sur internet, elle a piraté sa boite mail, son ordinateur et son assistant personnel, Perdro. Depuis, elle remplace par moment le robot dans ses conversations. Quand elle s’ennuie, elle se branche sur Pedro, discute avec Jean-jean, le regarde vivre.

À distance, comme un fantôme, elle va être la témoin de la rencontre entre  Jean-jean et deux autres personnes : Joy, lieutenant de l’armée qui souffre de dyscalculie et Grégoire, ingénieur télécom qui a les nerfs emmêlés.

C’est un éboulement dans la montagne qui va les faire se rencontrer.

Trois personnes qui se croisent et qui n’auraient pas du se rencontrer. Comme trois allégories un peu fatiguées qui représentent trois des qualités de l’intelligence humaine mises à rude épreuve par le récit de la modernité numérique: La sociabilité, la rapidité et la constance.